Les arts martiaux internes

4 mai 2016

Il est probablement à l’origine de la fusion entre les pratiques méditatives de styles internes bouddhisme et taoïsme avec martial préexistant qui sont ceux des villages chinois. La méditation nécessite, en fait, la recherche d’un équilibre à la fois physiquement et mentalement, idée reprise plus tard par d’autres arts martiaux qui ont placé le travail sur le centre physique de la gravité et de son adversaire dans le centre de techniques de défense et de combat.

Les praticiens des arts internes sont engendrés pour obtenir un contrôle total et un corps continu qui leur permet de passer légèrement d’une technique à l’autre, avant de neutraliser les attaques des adversaires grâce à la réduction de son énergie, puis frapper la mousse.

Voilà pourquoi lorsque vous regarde un vrai combat professionnel de style interne, vous remarquerez qu’il n’y a jamais de l’application de forces, mais seulement une réorientation de celle de son adversaire. Ne jamais trahir, dans son expression ou de comportement, les intentions réelles et ne jamais montrer la détresse physique. Leurs mouvements détendus et doux sont également obtenus par la participation de toutes les membres de la personne: un coup de poing vient de la terre et passe à travers le corps, les pieds, les jambes, les hanches et les épaules travaillant séparément, mais ensemble pour obtenir l’effet désiré.

Ils essaient de se conformer, à savoir les principes universels qui, selon la philosophie orientale, sont la source de tous les phénomènes naturels, bien conceptualisés.

Méthode de travail respiratoire

19 novembre 2015

Toutes les formes d’arts internes sont basées sur une méthode de travail respiratoire qui consiste à effectuer des enchaînements d’exercices en simultanés avec des actions de concentration sur un rythme respiratoire, c’est-à-dire, il faut coordonner mouvements, travail respiratoire et concentration mentale.

Il faut faire une respiration douce, calme, équilibrée et naturelle pour le repos de l’esprit. Ensuite, il faut avoir le contrôle total du souffle afin de canaliser l’air suivant les rythmes gestuels afin de déployer d’énergie, il s’agit d’une respiration abdominale. Enfin, le contrôle du souffle se termine par sa rétention avant l’expiration, ce qui demande concentration et maîtrise de l’exercice.

Il faut noter que les postures ou positions jouent également un grand rôle dans la méthode respiratoire : rester statique, effectuer des gestes brusques….

Pourquoi pratiquer les arts martiaux internes

5 février 2015

La philosophie des arts internes vient de la sagesse de plusieurs enseignements spirituels (le Taoïsme, le Bouddhisme, le Confucianisme…) pour mieux comprendre l’homme et la nature dans la pratique quotidienne de l’Art. La philosophie de l’art se vit pour mieux exploiter le potentiel d’énergie et d’efficacité du pratiquant et ainsi mieux canaliser vers un  esprit chevaleresque où la noblesse, la grandeur d’âme et la spiritualité sont des valeurs primordiales.
Nei Jia Quan est le terme de langue chinoise pour les arts martiaux internes. La pratique des arts internes permet à  l’esprit de devenir moins distraits et moins stressés, ce qui permet au corps de se détendre plus profondément et donnant ainsi au corps une plus grande capacité d’agir. La pratique des arts martiaux internes peut améliorer l’augmentation de la remise en forme, la force et favorise une bonne santé.

Le Qi Gong : l’une des formes des arts internes

30 avril 2014

Généralement, pour une forme d’arts internes, les trois formules suivantes doivent existées :

-          l’exercice physique se basant sur les mouvements des mains et la position,

-          la concentration voire même la méditation

-          et enfin la respiration qui comprend inspiration et expiration lentes, calmes, profondes ou forcées.

A titre d’exemple de forme d’arts internes, le Qi Gong. Il s’agit d’un ensemble d’exercices énergétiques accompagné de la maitrise de la respiration dans la recherche du bien-être, d’une bonne santé et de la longévité.

 

Il ne s’agit pas de gesticuler n’importe comment mais d’effectuer des mouvements très lents et doux en toute harmonie et à ces mouvements sont synchronisés une respiration régulière et profonde, le tout effectué dans un état de concentration totale qui permet le contrôle du « qi » à l’intérieur du corps.

Les avantages de la pratique régulière du Qi Gong sont nombreux si on ne cite que l’évacuation du stress, la découverte d’un calme intérieur, le tonus, le développement de la mémoire et de la capacité de concentration ainsi que l’équilibre personnel le tout résumé en bien-être et longévité.

Apprendre les arts martiaux chinois internes d’une manière traditionnelle

6 décembre 2013

Basés sur le développement de l’énergie, les arts martiaux internes ou arts du poing interne ou encore nei jia quan offre plusieurs avantages aux pratiquants. En effet, les pratiques internes utilisent une méthode particulièrement active. Ce sera à travers des procédés respiratoires et de visualisation qu’on pourrait développer et avoir une bonne maîtrise de l’énergie.  Cela apportera plusieurs avantages à la santé du pratiquant, morale ou bien physique. Prenons en un exemple dont le taiji quan. Associé à la longévité, il est aussi très efficace sur les symptômes de diverses maladies comme la maladie de Parkinson. A noter que de nombreux pratiquants ont vécu longtemps comme Bagua Zhang.

Le Baji Quan

17 juin 2013

Le Baji Quan qui veut dire littéralement « boxe des huit extrémités »  est un art martial chinois traditionnel. C’est un style de combat  et de maniement de la grande lance du nord de la Chine (originaire du comté de Cang , dans la province du Hebei). Lire la suite de l’article »

Le Jisei Karaté Dô

22 mai 2013

Le Jiseidô ou Jisei Karaté-Dô est une forme de combat à mains nues, un Karaté associé à un travail interne qui va permettre l’amélioration de l’énergie percutante et pénétrante lors des combats. C’est un combat de percussion dont le principal objectif est l’efficacité immédiate par la maîtrise des techniques de combat et l’efficacité à long terme consiste préserver et augmenter sa santé et son bien-être au fil du temps. Lire la suite de l’article »

La philosophie des arts internes

8 avril 2013

Les arts internes, quelque soit le courant ou l’époque de leur origine ou l’école, même moderne de leur enseignement, suivent la même philosophie qui consiste à mettre en œuvre, ou plutôt conjuguer physique/mentale et la spiritualité.

En d’autres termes, cette philosophie est le déploiement de la force de l’esprit qui va diriger l’énergie qui circule dans le corps afin d’harmoniser et synchroniser pensée, énergie et forme. Ceux-ci donnent les capacités de maitrise de soi, une garantie qui permet à chaque pratiquant de rester fort sans avoir à combattre mais aussi vif et serein envers lui-même.

L’expression de cette philosophie est le contrôle physique (mouvements, gestes et positions), le contrôle mental (concentration et visualisation) ainsi que le contrôle de la respiration (inspiration, expiration et apnée).

Si cette philosophie est respectée, son utilisation pour les arts externes (arts des combats) sera très bénéfique, c’est pour cela que généralement, l’enseignement des arts externes est basé sur cette philosophie avant de développer l’expression externe proprement dite comme le combat (par exemple la boxe), les gymnastiques…

Le Nei Jia : art interne

14 mars 2013

Le Nei Jia ou la boxe interne est un art martial chinois qui fut à l’origine de toutes les autres disciplines ou formes d’arts internes. De par ses techniques, le Nei Jia est empreint de la dualité mais complémentaires des principes du Yin et de Yang. Le Neijia signifie art interne en opposition à l’art externe appelé Weijia. Le Nei Jia vient du nom d’un vieux style d’art pratiqué au 16 ème siècle en Chine et qui offre des concepts nouveaux et différents des idées des styles d’arts martiaux typiques de l’époque. Lire la suite de l’article »

L’art du Tui Shou

20 février 2013

Le Tui Shou, qui se traduit littéralement « main poussante »,  appelé aussi « main collante »,  est un exercice lié au Taiji (même principes de combat du Tai Chi Chuan) et qui permet de mieux maîtriser la notion du principe « yang » et « yin » par le toucher uniquement. Le « yang » est l’équivalent de la concentration et le « yin » du relâchement.  En pratique, le Tui Shou consiste à faire le contraire de ce que son adversaire fait : quand l’adversaire est en « yang », il faut agir en « yin ». Lire la suite de l’article »

123456