Postures en arts internes

27 avril 2018

 

Les postures en arts internes connaissent plusieurs variantes ; il s’agit d’une forme de position réputée dont l’adoption vient de la conception qu’elle entre dans la régularisation et l’accroissement de l’énergie Vitale.

tai chi

Suivant les Taoïstes, ces positions relient l’être humain au Ciel et à la Terre et réalise l’harmonie entre l’énergie cosmique et les forces dans la Terre et à l’intérieur du corps (Esprit et Souffle).

Ces postures sont plus généralement la « posture de l’arbre », « embrasser un arbre » et « adosser un arbre ».

Quelque soit la posture, le principe consiste à régulariser en profondeur la pulsion profonde grâce à l’utilisation de la respiration consciente et de la maitrise de l’intentionnelle afin d’harmoniser posture, souffle, intention, esprit dans le but de provoquer la transformation ou mutation recherchée.

Ainsi, celui qui pratique une discipline de l’art interne doit se sentir « Entier comme le bois », c’est-à-dire unifiant tête, corps, bras et jambes et ayant le contrôle total de son souffle et de ses gestes afin de former une unité.

Karate-Dō : L’art du karaté

16 mars 2018

Karate-Dō est un art martial japonais.
La signification étymologique du terme est « La Voie (Dō) de la Main (Te) Vuota (Kara) » où le vide signifie sans armes. Le karaté ne doit pas être compris comme un sport de combat né dans le but d’endommager et de blesser l’adversaire, mais essentiellement comme un chemin de croissance, une « voie » qui implique tous les aspects de l’être humain: le corps et surtout l’esprit. Le but ultime du pratiquant est l’amélioration continue de sa personne.

Pratiquer le Karaté ne signifie pas seulement former son corps et sa technique, mais aussi et surtout respecter les valeurs et les normes éthiques et morales. Et ce n’est que par le respect de ces valeurs et la confiance dans les idéaux de respect, de sincérité, d’amélioration, de constance, qu’il devient possible de procéder correctement dans l’étude de cet art martial.

Le karaté n’est donc pas un instrument offensif mais un moyen de mieux se connaître, d’en comprendre les limites et les capacités.
Le praticien du karaté, en effet, est conscient de sa force, de ses caractéristiques et de ses points qui doivent s’améliorer, être attentifs, alertes et toujours maintenir la concentration, dans la pratique comme dans celle de tous les jours.

C’est un voyage de croissance qui conduit les pratiquants à une meilleure compréhension de leur corps et de leurs attitudes, donc chaque homme au début d’une voie d’amélioration individuelle.
Pour cette raison, il est particulièrement adapté aux enfants qui apprennent à se comporter correctement avec leurs pairs et avec les adultes.
Mais il est également important pour les adultes comme un moyen d’approfondir et d’améliorer la vie grâce à une pratique physique équilibrée et un intérêt culturel stimulant.

Influence du Zen sur l’architecture contemporaine japonaise

9 juin 2017

La tradition joue dans le contexte japonais un rôle fondamental dans la vie et l’expression de leur culture. C’est un privilège unique reliant le passé au présent et l’avenir: l’empreinte de l’écoulement du temps dans la vie. C’est pourquoi, aujourd’hui, les artistes japonais prennent pas de conflit sur l’héritage des anciennes coutumes, qui coexistent et se confondent avec de nouveaux paradigmes esthétiques de postmodernisme. Le patrimoine culturel japonais palpite dans chaque expression artistique contemporaine, explicitement ou implicitement, comme il réaffirme la condition humaine du travail et de l’appartenance à une culture qui identifie avec son passé.

Parmi les nombreuses croyances, les traditions, les coutumes, les modèles esthétiques … qui font place le corps traditionnel de la culture japonaise, il est indéniable que la philosophie du bouddhisme, en particulier Zen, est l’un des schémas de pensée et de comportement qui a plus d’impact et de l’ importance jusqu’à aujourd’hui. Le cadre de l’action du bouddhisme japonais va au – delà des expressions culturelles archaïques. Le bouddhisme zen, une tendance que plus la force est entré dans l’ idéologie japonaise, aujourd’hui est une manière inhérente aux idiosyncrasies du peuple japonais, qui, consciemment et inconsciemment , se conduit et exprimé en suivant les directives assis il y a plus de huit cents ans par le premier moines zen.

Ecole d’art interne

28 mars 2017

KAYUNTAO

 kayuntao

L’école Kayuntao, fondée en 1985 par Maestro Alessandro Mattioli , comprend l’étude des arts et des pratiques de méditation des martiaux chinois et japonais. L’objectif de l’étude est de se faire face, d’observer leur dynamique interne en relation avec les autres, adopter une pratique de transformation de la qualité de l’existence. Voilà pourquoi le terme Kayuntao, littéralement « la rue Wind – balayant les nuages – ou la méthode qui balaye les illusions.

KAYUNKEN

 kayunken

Kayunken est la méthode d’introduction à l’étude de Ryu Mu-Gai, l’ école classique japonaise fondée au XVIIe siècle par Tsuji Gettan, maître épéiste et Zen Monaco. Dans cette tradition, l’étude et l’exercice de l’épée ne peuvent pas être séparés de la pratique de la méditation Zazen. Le geste est non seulement l’expression de contrôle du corps et de l’ harmonie, mais aussi une manifestation d’une attention et de l’attention.

L’utilisation du corps, le travail et l’auto-observation sont à la base de la méthode Kayunken. L’utilisation de l’épée forme finement le corps, l’alimentation de la force et de l’énergie, l’éveille la capacité d’éprouver la plénitude, la profondeur et de l’intensité à travers le geste précis, vif et pénétrant.

Festivals au Japon : une excellente occasion pour découvrir les arts traditionnels

14 décembre 2016

Vous pouvez découvrir les nombreux festivals en visitant le Japon. Pendant les différentes périodes de l’année, non seulement vous aurez l’occasion d’admirer les traditions séculaires du pays du soleil levant, et de beaux paysages, urbains ou ruraux.

Les festivals au Japon sont une excellente occasion pour avoir du plaisir et la connaissance des traditions.

Certainement le plus intéressant et bien connu est le «Hanami », un festival partagé à travers le pays, qui a lieu au printemps. Hanami signifie littéralement « contempler des fleurs » pendant lesquelles vous vous trouvez en admirant la beauté blanche des fleurs de cerisier.

L’origine de Hanami est très vieille, certains disent que plus de mille ans, une coutume des classes aristocratiques qui servent à trouver l’inspiration dans les poèmes justes en regardant la beauté fragile et éphémère des fleurs de cerisier.

Même aujourd’hui, les Japonais sont un grand plaisir de recueillir pendant la floraison des cerisiers, de boire et de manger ensemble. Tous apportent les repas cuisinés à la maison, ou faisant un barbecue avec du prêt plat à emporter.

Nombreux sont les lieux de rencontre traditionnelle, habituellement très fréquentée, mais qui veut vivre le moment magique odorante peut aussi choisir des jardins et des parcs les moins fréquentés, dans les banlieues ou dans les jardins privés.

hanami

Arts martiaux internes

12 septembre 2016

Il est probablement à l’origine de la fusion entre les pratiques méditatives du bouddhisme et du taoïsme avec martial préexistant ceux des villages chinois styles d’intérieur. La méditation nécessite, en fait, la recherche d’un équilibre à la fois physiquement et mentalement, idée reprise plus tard par d’autres arts martiaux qui ont placé le travail sur le centre physique de la gravité et de son adversaire dans le centre de techniques de défense et de combat.

Les praticiens de styles internes sont conçus pour obtenir un contrôle total et le corps continu qui leur permet de passer légèrement d’une technique à l’autre, avant de neutraliser les attaques des adversaires grâce à la réduction de son énergie, puis frapper la mousse.

Voilà pourquoi voir un vrai combat professionnel de style interne n’a jamais connu l’application de forces, mais seulement une réorientation de celle de son adversaire, sans jamais trahir, dans son expression ou de comportement, les intentions réelles et ne jamais montrer la détresse physique. Leurs mouvements, toujours détendus et doux, sont également obtenus par la participation de toute la personne: un coup de poing vient de la terre et passe à travers le corps, les pieds, les jambes, les hanches et les épaules travaillant séparément, mais ensemble pour obtenir l’effet désiré.

Les arts martiaux internes

4 mai 2016

Il est probablement à l’origine de la fusion entre les pratiques méditatives de styles internes bouddhisme et taoïsme avec martial préexistant qui sont ceux des villages chinois. La méditation nécessite, en fait, la recherche d’un équilibre à la fois physiquement et mentalement, idée reprise plus tard par d’autres arts martiaux qui ont placé le travail sur le centre physique de la gravité et de son adversaire dans le centre de techniques de défense et de combat.

Les praticiens des arts internes sont engendrés pour obtenir un contrôle total et un corps continu qui leur permet de passer légèrement d’une technique à l’autre, avant de neutraliser les attaques des adversaires grâce à la réduction de son énergie, puis frapper la mousse.

Voilà pourquoi lorsque vous regarde un vrai combat professionnel de style interne, vous remarquerez qu’il n’y a jamais de l’application de forces, mais seulement une réorientation de celle de son adversaire. Ne jamais trahir, dans son expression ou de comportement, les intentions réelles et ne jamais montrer la détresse physique. Leurs mouvements détendus et doux sont également obtenus par la participation de toutes les membres de la personne: un coup de poing vient de la terre et passe à travers le corps, les pieds, les jambes, les hanches et les épaules travaillant séparément, mais ensemble pour obtenir l’effet désiré.

Ils essaient de se conformer, à savoir les principes universels qui, selon la philosophie orientale, sont la source de tous les phénomènes naturels, bien conceptualisés.

Méthode de travail respiratoire

19 novembre 2015

Toutes les formes d’arts internes sont basées sur une méthode de travail respiratoire qui consiste à effectuer des enchaînements d’exercices en simultanés avec des actions de concentration sur un rythme respiratoire, c’est-à-dire, il faut coordonner mouvements, travail respiratoire et concentration mentale.

Il faut faire une respiration douce, calme, équilibrée et naturelle pour le repos de l’esprit. Ensuite, il faut avoir le contrôle total du souffle afin de canaliser l’air suivant les rythmes gestuels afin de déployer d’énergie, il s’agit d’une respiration abdominale. Enfin, le contrôle du souffle se termine par sa rétention avant l’expiration, ce qui demande concentration et maîtrise de l’exercice.

Il faut noter que les postures ou positions jouent également un grand rôle dans la méthode respiratoire : rester statique, effectuer des gestes brusques….

Pourquoi pratiquer les arts martiaux internes

5 février 2015

La philosophie des arts internes vient de la sagesse de plusieurs enseignements spirituels (le Taoïsme, le Bouddhisme, le Confucianisme…) pour mieux comprendre l’homme et la nature dans la pratique quotidienne de l’Art. La philosophie de l’art se vit pour mieux exploiter le potentiel d’énergie et d’efficacité du pratiquant et ainsi mieux canaliser vers un  esprit chevaleresque où la noblesse, la grandeur d’âme et la spiritualité sont des valeurs primordiales.
Nei Jia Quan est le terme de langue chinoise pour les arts martiaux internes. La pratique des arts internes permet à  l’esprit de devenir moins distraits et moins stressés, ce qui permet au corps de se détendre plus profondément et donnant ainsi au corps une plus grande capacité d’agir. La pratique des arts martiaux internes peut améliorer l’augmentation de la remise en forme, la force et favorise une bonne santé.

Le Qi Gong : l’une des formes des arts internes

30 avril 2014

Généralement, pour une forme d’arts internes, les trois formules suivantes doivent existées :

-          l’exercice physique se basant sur les mouvements des mains et la position,

-          la concentration voire même la méditation

-          et enfin la respiration qui comprend inspiration et expiration lentes, calmes, profondes ou forcées.

A titre d’exemple de forme d’arts internes, le Qi Gong. Il s’agit d’un ensemble d’exercices énergétiques accompagné de la maitrise de la respiration dans la recherche du bien-être, d’une bonne santé et de la longévité.

 

Il ne s’agit pas de gesticuler n’importe comment mais d’effectuer des mouvements très lents et doux en toute harmonie et à ces mouvements sont synchronisés une respiration régulière et profonde, le tout effectué dans un état de concentration totale qui permet le contrôle du « qi » à l’intérieur du corps.

Les avantages de la pratique régulière du Qi Gong sont nombreux si on ne cite que l’évacuation du stress, la découverte d’un calme intérieur, le tonus, le développement de la mémoire et de la capacité de concentration ainsi que l’équilibre personnel le tout résumé en bien-être et longévité.

123456